Terra Remota est une propriété de 54 hectares d’un seul tenant, située sur les contreforts des Albères. C’est un terroir d’arènes granitiques très intéressant pour la viticulture, car il est peu fertile et favorise le drainage des pluies. Le granit est une pierre claire, donc assez froide, qui garantit le maintien de l’acidité et des PH raisonnables.

En 2003 et 2004, 23 hectares ont été plantées. Malgré un besoin important de défrichage, la propriété a maintenu des zones arborées mettant en valeur la flore locale (oliviers, chênes verts, pins, lavande, thym, ciste…) ainsi que la faune, dans une volonté de respect de l’environnement. Elle est composée de 15 parcelles, où ont été plantés différents clones de faible rendement pour chaque cépage. L’idée était de maintenir une partie de la production avec des cépages typiques de la zone, soit 6 ha de Grenache Noir et 1,5 ha de Grenache Blanc. Des variétés de tradition française pouvant s’acclimater à la région ont aussi été plantées : 6 ha de Syrah, 6 ha de Cabernet Sauvignon, 1 ha de Chardonnay. Cépage de l’Ouest de l’Espagne, 1 ha de Tempranillo a complété ce panel. La propriété possède aussi une parcelle de 0,8 ha de Chenin Blanc en production expérimentale.

En 2017, 3 hectares supplémentaires ont été plantés: 1 ha de Grenache blanc, 1 ha de Chenin et, en nouveauté, 1 ha de Xarel·lo.

LA VITICULTURE
Les vignes ont été plantées sur des rangées espacées de 2,25 m avec un espace de 90 cm entre chaque pied, ce qui représente une moyenne de 4600 à 4800 pieds/ha. C’est une forte densité sachant que la moyenne dans la zone est d’à peu près 3600 pieds/ha. Le contrôle de la productivité est aussi réalisé par la taille, afin d’obtenir une production d’un kilo par pied de vigne.

Les étés de sécheresse qui caractérisent la zone (pluviométrie annuelle moyenne de 600 mm par m2) nous ont poussés à installer une irrigation au goutte à goutte.  Dans ce but, la propriété a été pourvue d’un bassin de rétention d’eaux pluviales récupérées par les toits et les abords de la cave. Malgré les faibles précipitations, l’eau disponible est suffisante car l’irrigation est utilisée très occasionnellement, essentiellement lors des étapes les plus importantes du système végétatif.

Le processus de viticulture et de vinification est réalisé dans le cadre du label de « production écologique », obtenu en septembre 2012.

Les vendanges sont réalisées à la main, dans des cagettes de 10 kg, en respectant les parcelles et les cépages. Sur certaines parcelles, il est même fréquent que la récolte d’une parcelle d’un même cépage soit divisée en deux temps pour rechercher des maturités différentes du fruit.